Recherche

Les Bauloises

Catégorie

Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

  • 1902 : L’institut Verneuil, crée en 1895, et spécialisé dans l’accueil des enfants atteints de tuberculose, devient un hôtel de grand luxe, le Royal.
  • 1890/1911 : La Bôle devient une station balnéaire à part entière (construction des rues, d’hôtels, d’une chapelle, de la promenade en bordure de mer, implantation de commerçants) en même temps qu’elle commence à s’orthographier la Baule (1896).
  • 1918 : Après avoir abrité les troupes alliées à la fin du conflit, la ville prend une véritable dimension internationale et commence à accueillir des touristes français et étrangers, notamment anglo-saxons.
  • 1921 : L’homme d’affaires parisien Louis Lajarrige, propriétaire du lotissement du Bois d’amour, crée le quartier de la Baule-les-Pins et le parc des Dryades.
  • 1927 : les gares de La Baule les Pins et la Baule Escoublac sont inaugurées.

IMG_0151

Le saviez-vous ?

  • Ils ont filmés la Baule : Xavier Durringer dans « La Conquête », Jean-Pierre Vergne dans « Priez pour nous » mais aussi Jacques Demy dans « Lola » qui ne se déroule pas qu’à Nantes ! Anouk Aimée se retrouve en bord de mer… à La Baule.
  • La Diablotine, cet apéritif à base de vin blanc, aux arômes de rhum blanc et de sirop d’agrumes est fabriqué à Saint-Nazaire et est bu sur toute la baie de La Baule.
  • À la Baule, il y a un aérodrome où l’on peut aussi faire de l’ULM
  • En 1779, Le village d’Escoublac est contraint de changer de site pour fuir les sables apportés en tourbillons par les tempêtes de la fin du XVIIIème siècle.
  • Le 11 mai 1875 le premier de train de chemin de fer Saint-Nazaire / Le Croisic s’arrête à La Bôle, un lieu-dit quasiment désert au milieu de dunes plantées de pins.

IMG_0018

Le saviez-vous ?

  • Partagée avec les villes du Pouliguen et de Pornichet, la plage mesure plus de 9 km. De quoi revendiquer le titre de « la plus longue plage d’Europe ».
  • C’est en 1810 que Napoléon ordonne la plantation de pins pour retenir la dune. La Baule devient une ville-jardin. Chaque année, 5000m2 de pins trop âgés sont repeuplés.
  • C’est le groupe Lucien Barrière qui est à la tête de l’Hermitage, du Royal, du Castel Marie-Louise, du Casino, du centre de thalasso, du tennis et du golf de La Baule.
  • Bruno Peyron, triple détenteur du Trophée Jules Verne, le navigateur, né au Pouliguen est propriétaire d’un club de voile sur la plage (Voiles Bruno Peyron).
  • L’ancien skipper Marc Pajot né à La Baule, vainqueur de la course La Baule-Dakar et de la route du Rhum vend désormais des yachts et s’occupe de l’aménagement de marinas. 

IMG_5675

Le saviez-vous ?

  • Maurice Chevalier, Mistinguett et Joséphine Baker sont venus prendre des bains de mer à La Baule.
  • C’est en 1989 que le TGV Atlantique permet de relier Paris en moins de 3 heures.
  • La mairie ne veut pas de bruits intempestifs passé 23h et ne fait donc rien pour favoriser l’implantation de boîte de nuit (pour les noctambules vous pourrez néanmoins vous rendre dans le quartier du Casino où se trouvent notamment Le Bax, le Nuage et Le Théâtre).
  • Beaucoup beaucoup de célébrités fréquentent La Baule … mais Chut! je tairais leurs identités, à vous de les croiser au détour d’une rue 😉
  • Un nouveau festival dédié au Cinéma et musiques de films a eu lieu à la Baule en novembre 2014 et on attend bien la seconde édition du 11 au 15 novembre prochain ! A la tête de ce festival : Christophe Barratier (le réalisateur des « Choristes ») et Sam Bobino (organisateur d’événements liés au cinema).

IMG_1377

Le saviez-vous ?

  • La ville compte 12,6 km de pistes réservées aux vélos.
  • Régulièrement, des joueurs de polo viennent se mesurer sur la plage, au niveau de l’Hermitage.
  • Chaque été ont lieu de nombreuses manifestations à La Baule : La Baule Jazz Festival, Ecrivains en bord de mer, Le pardon de La Baule et bien d’autres ! N’hésitez pas à vous renseignez à l’office de tourisme !
  • Les pique-niques et les chiens sont prohibés sur la plage et l’on ne doit pas se promener en ville en maillot de bain ni en haut de maillot de bain, ni torse-nu que ce soit à pied ou en deux roues !
  • La Baule compte 80% de résidences secondaires.

Le saviez-vous ?

  • L’hôtel Royal dispose de 72 chambres,15 suites ainsi qu’un centre de thalassothérapie, le plus grand de la région, signé Thalgo.
  • Churchill a signé le livre d’or de L’Hermitage.
  • Ils ont filmé la Baule : Diane Kurys avec « La Baule les Pins » (avec Nathalie Baye et Vincent Lindon), « 15 août » de Patrick Alessandrin (avec Richard Berry, Charles Berling et Jean-Pierre Daroussin). Aux alentours furent tournés « Les vacances de Monsieur Hulot » de Jacques Tati à Saint-Marc-sur-Mer. Patrice Chéreau a filmé « Son frère » à Guérande et à La Brière.
  • L’immeuble qui débute l’avenue de Gaulle coiffé d’une très grande plaque de béton est surnommé « l’immeuble au képi » un clin d’oeil de l’architecte au général de Gaulle ?
  • Si vous aimez les maquettes à monter vous même (et particulièrement celles de bateaux) il faut vous rendre chez Baudouin, la droguerie de l’Atlantique avenue de Lattre de  Tassigny.
  • DSC00431

Le saviez-vous ?

  • La Baule, ville née par et pour le tourisme, voit son activité économique grandement liée au flux et afflux de visiteurs. 38% seulement des habitants de La Baule le sont à l’année.
  • Il n’y a pas vraiment un style pour les manoirs, cottages et chalets construits au siècle dernier mais un mélange de genres : anglo-normandes, basques, bretonnes, landaises, méditérranéennes, italiennes, californiennes (contrairement à Deauville par exemple, où, dès 1934, la mairie avait imposé de construire « deauvillois »). Les villas sont en effet extravagantes (et les gouts aussi : art-déco, art nouveau, néogothique, expressionniste postmoderne, futuristes) et colorées et La Baule leur doit en grande partie son âme. 
  • Dans les années 70, la ville comptait près de 4000 villas, il n’en reste aujourd’hui plus que 2000…Les exceptionnelles comme Régina, Pax, Ker Lousic, La corvette pourraient être classées comme monuments historiques…
  • Il y a 17 000 habitants à l’année à La Baule, 150 000 durant les week-end d’été.
  • En 2012, La baie de La Baule a été admise dans le club très fermé des « plus belles baies du monde »

La Baule (15)

Le saviez-vous ?

  • A la Belle époque, la municipalité installe des rangées de pieux reliés par une corde pour ceux qui ne savent pas nager et à laquelle les baigneurs peuvent se maintenir. Cabines, tentes, tenues et parfois même serviettes sont en location.
  • Les créateurs de la Baule avaient imaginé de nombreuses activités pour les enfants, de la balade en cheval aux châteaux de sable ou à la pêche à la crevette.
  • A la Baule, il y a eu toute sortes de concours et même celui … du plus beau mollet !
  • Tous les 14 juillet et 15 août, La Baule organise des feux d’artifice réputés, tirés au dessus de la baie.
  • A Escoublac, la forêt de pins cache la deuxième plus grande dune de France (56m) après celle du Pilat

DSC01490

Le saviez-vous ?

  • Au tout début du tourisme dans la station (1882, année des premiers baigneurs), les locaux sont rebaptisés les « culs-salés » par les vacanciers. Les touristes nantais, eux, héritent du nom de « berlingots » en référence à la production de cette friandise à Nantes.
  • L’hôtel Royal (qui n’avait qu’un seul bâtiment central sans ses deux ailes que nous connaissons aujourd’hui), était (avant d’être un hôtel de luxe et un casino) un centre qui se consacrait aux enfants tuberculeux de riches familles et qui s’appelait l’institut Verneuil.
  • Le propriétaire de cet institut Verneuil, Joseph André Pavie, constate l’échec de son institut et c’est ainsi qu’il le transforme en hôtel de luxe. Il fait entrer la station dans la modernité : électricité, télégraphe, ascenseur … C’est cette modernité qui encouragera Francois André (le fondateur du futur groupe Barrière) à s’installer à La Baule après la première guerre mondiale et à reprendre le futur l’hôtel Royal en misant toujours plus sur le divertissement.
  • L’hôtel Royal s’agrandit de deux ailes dès 1920. La carte du grand luxe a contribuée à son succès : blanchisserie, téléphone avec Paris, éclairage électrique et gymnastique suédoise !
  • Au 22, place du maréchal Leclerc (à l’actuel café Rouge) les maisons étaient deux commerces comme il y en avait plein sur la Grande avenue (avenue de Gaulle) : la boulangerie Prévost et la boucherie Audéon. Aujourd’hui ces maisons sont représentatives des villas bauloises.

IMG_9855

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑